image - bannière Centre culturel à Bonnieux - Pierre Cardin


 

Je dédie cette page à Monsieur Pierre Cardin
et à son remarquable talent. Linda Compagnoni Walther




 



Lacoste, le 27 avril 2017
À l'intérieur de la cour du château Lacoste (Propriétaire actuel Pierre Cardin)
Photo de famille avec Mme. Eve Ruggieri, Monsieur Pierre Cardin, Gérard Chambre et Monsieur Patrick Canac, Fondateur et president du Festival des musicales du Luberon.

 


L'invite culture du 8 mars 2017



Radio Classique avec Patrick Poivre d'Arvor
 
Monsieur
Pierre Cardin et Gérard Chambre
parlent du spectacle MOI J'AIME LE MUSIC HALL
vous pouvez écouter l'émission ( ...5.40) ICI
 
info - image music notes

 
Bourg-Achard le 20 décembre 2016 

Le grand couturier Pierre Cardin joue au Père Noël

« Je vais offrir un spectacle aux tous les Caumontais »... Ce spectacle, c'est Moi j'aime le Music Hall...
L'article de Serge Velain
 

Monsieur Pierre Cardin
présente tous les lundis soir 20h30
au Théâtre Maxim's Pierre Cardin

à partir lundi 3 octobre 2016

Moi j'aime le Music Hall

Spectacle Musical de Gérard Chambre
plus de détails
ICI
 

info - Affiche du spectacle Moi j'aime le Music Hall - de Trenet à Stromae...
 
 

Festival de Lacoste

Le 19 juillet 2016

Monsieur Pierre Cardin

a présenté
au Festival de Lacoste

Moi j'aime le Music Hall
spectacle musical de Gérard Chambre
avec sa compagnie Opéra ma non troppo
: plus de détails ICI
 



Monsieur Pierre Cardin
© Michel Boyer


info - officiel affiche pour le spectacle musical "Moi, j'aime le music-hall" 



image - Pierre Cardin, Eve Ruggieri - Gérard Chambre
 

Monsieur Pierre Cardin présente le 16ième Festival de Lacoste 2016
en savoir plus - la page presse ICI
de gauche à droite: Rodrigo Basilicati (le neveu de Pierre Cardin), Gérard Chambre, Mme Ève Ruggieri, Monsieur Pierre Cardin et Jean-Pascal Hesse.

 


Espace Pierre Cardin

le 17 février 2016
Monsieur Pierre Cardin
a présenté

Le Retour de Marlene Dietrich

 



Pierre Cardin - Cyrielle Clair - Gérard Chambre
© Bertrand Rindoff Petroff
 


du 17 au 20 février 2016
Espace Pierre Cardin

Le Retour de Marlene Dietrich
textes de Cyrielle Clair et Gérard Chambre
mise en scène de Gérard Chambre

avec : Cyrielle CLAIR et Gérard CHAMBRE


 



Du jeudi 12 novembre 2015 au Dimanche 3 avril 2016

Musée Art Nouveau de Maxim's...
Exposition temporaire
Marlene Dietrich

 


 



« Luxury does not impress me in the slightest »

August, 8, 2015
Interview with Pierre Cardin in Die Welt German newspaper
text by Silke Bender, journalist.

translated into English : by Linda Compagnoni, webmaster and communication director of Gérard Chambre.


So now, it is Marlene Dietrich. When Pierre Cardin sets something into his head, there is no holding back. When 14 years ago the fashion designer and tireless entrepreneur had converted the Castle of Lacoste of the Marquis de Sade into a theater, there stirred resistance in the village in the provençal Luberon. He stuck to his guns. Today, the residents and business people seem apparently to arrange themselves with the small upswing, which the mountain village has experienced thanks to the annual theater festival.
 


credit : Klaus Roethlisberger
 Cyrielle Clair
Le Retour de Marlene Dietrich

Last Thursday the play Marlene Dietrich celebrated its premiere, which Pierre Cardin commissioned to director, composer and actor Gérard Chambre - and since Germany is one of his most loyal licensees, a couple of German journalists were invited.
At the age of 93 years, his desire to create and initiate things is unbroken. Only last November 2014, he opened in the Parisian District Marais another cultural center, the Musée Pierre Cardin.


credit : Jérôme Faggiano /Studio Pierre Cardin
Pierre Cardin « au Musée Pierre Cardin » surrounded by
Véronique Fourcaud, Gérard Chambre and Cyrielle Clair

Before the premiere in Lacoste, Monsieur asks with fresh sparkling mood for an interview - despite the scorching summer heat, the flickers over the mountains. At the restaurant, where we are sitting, he reveals at the end of the interview, that he had bought the restaurant incidentally likewise together with the Castle, as 42 other properties in the village. A conversation with a man, who believes holidays and Sundays are completely unnecessary.

ICON: What unites Pierre Cardin, Marlene Dietrich and the Marquis de Sade?

Pierre Cardin: Quite simple: The castle of the Marquis de Sade is mine. I bought it 15 years ago to revive it as a cultural center with theater, music and dance. Marlene Dietrich gave some of her last concerts in Paris at my Espace Pierre Cardin. That is long ago, in 1973 – she was for a whole month our star. And I wanted in honor of this extraordinary woman, do justice with a play at this wonderful place. The costumes, the dramaturgy, the choice of actors - all this is Pierre Cardin.

ICON: What impression did la Dietrich leave on you?

Cardin: She was an authoritarian type and at the same time very emotional, that combination was for me highly sympathetic. I had perceived her very lonely and her sometimes aggressive-authoritarian nature as an expression of her sadness, interpreted as a shield.

ICON: Were you friends?

Cardin: No, I cannot claim that. However, I have seen her almost each day during that month at my theater and had very much admired her.

ICON: And what sympathy do you have for the infamous Marquis de Sade?

Cardin: The castle was looking for a new owner, and I knew the old one. He wanted me to buy the place, which he even disposed in his will. I had no other choice (smiles). Well you know, what the good Marquis was up to here in the castle, is not my problem. He was a good writer and I like the place, the Provence, the Luberon.

ICON: You had already shortly after you became a successful fashion designer, committed yourself to the culture, promoted theater, music and art…

Cardin: That is not true; I started with everything at the same time.

ICON: Which passion is greater, that of fashion or that of art?

Cardin: I always wanted to be everything: fashion designer, actor and dancer. In addition, I have always tried to combine it. However - the actor or dancer Pierre Cardin, would not have been able to by the castle of the Marquis de Sade, but the fashion designer. Without fashion, I would not be here.

With 24 years, Pierre Cardin works at Elsa Schiaparelli, where he designs the costumes for Jean Cocteau's film La Belle et la Bête (The Beauty and the Beast).

In 1964, he invents the look of the Beatles and is supplier of the television series The Avengers with Patrick MacNee as John Steed and Diana Rigg as Emma Peel in the lead roles.

Not only his futuristic style with lots of sex appeal made in the Swinging Sixties furore, Pierre Cardin revolutionized as a businessman also the fashion market: He invented the Prêt-à-Porter, men's collection off the rack. He was the first haute couture designer, who already in 1959 designed a collection for the department store Printemps - 45 years ago before Karl Lagerfeld and his H & M-coup.
He was the first to use his initials and his name as brand to cash money - Cardin is today regarded as King of this discipline with about 750 licenses. The company Ahlers AG in Herford is for example since 1992 licensee of the menswear line
« Pierre Cardin » for the German and international market.


credit : Getty images
Pierre Cardin bows before his models in 1966

ICON: From cutlery to furniture, underwear and socks - there is little for which you do not stake your good name. Not afraid of trivialization?

Cardin: Well, you know, when I showed my first collection at the Printemps in the department store, they whispered, in one year, the house Pierre Cardin will only be history. Nevertheless, you see, I am still here, the only one, and above all, I am still my own boss. What I always wanted is to make design affordable for people on the street, to democratize fashion.

ICON: Your understanding of democracy extends up to a Pierre Cardin-frying pan?

Cardin: I find nothing dishonorable in a frying pan. It is just as beautiful and practical as a glass. And where, quite frankly, is the big difference between a frying pan and a perfume? Why should perfume be luxury and glamour, and a frying pan, in which you can produce wonderfully fragrant and savoury dishes, not? It is all just a matter of psychology. Why should something be valuable, just because it is more expensive? Luxury does not impress me in the least. Caviar is not better as leeks. It is the idea, the creation, which has value. Also without the frying pan, I would not be here and could organize theater festivals.

ICON: Do you still design today?

Cardin: Absolutely, and every day. I still design nowadays two collections per year, but only women's fashion. The volumes, the silhouettes, that is still my territory, the details I leave these days to my assistants.

Pierre Cardin grabs himself the pen and starts obliviously to draw on the paper under his plate with an agile hand a long-legged model in a lush robe with butterfly peplum.

ICON: They say, that it was you who invented as a tailor at Christian Dior in 1946 the famous New Look - the lavishly covered skirts, the narrow waist...

Instead of answering, Cardin pulls under another plate a second paper out and draws well-versed a model in the typical Dior look with the characteristic big hat.


credit: Die Welt
Pierre Cardin's drawing at Lacoste for the Interview

ICON: So who was it: you or Christian Dior?

Cardin: Of course Monsieur Dior – as you write the article and are not the newspaper. I worked three years for him, and was responsible for the coats and the costumes.

For his precise fashion drawings, Cardin has become famous.

ICON: Of what are you proud?

Cardin: That I am the only one and first fashion designer who became a Member of the Académie des Beaux-Arts. Moreover Honorary Ambassador in various institutions in Russia, Japan, China and France. And the UN. Who else can say that of himself? Nobody.

ICON: You were also the first Western fashion designer, who in 1978 went to China and held a fashion show in the Forbidden City…

Cardin: I was and I am a capitalist, and the Communists have welcomed me with open arms. If I have learned anything in my life, it is worthwhile to be the first.
 



Festival d'art lyrique Lacoste 2015

texte Linda, webmaster
Le programme de cette année promet d'être riche et varié avec par exemple, un hommage à cette icône mondiale, la légendaire Marlene Dietrich.

Pierre Cardin a bien connu Marlene, elle est apparue en 1973 à quatre soirées à l'espace Cardin avec un succès retentissant.
 

Marlene Dietrich - Espace Pierre Cardin en 1973
Souvenir 1973
DR © UMPCollection

Pour le festival d'art lyrique de 2015 au théâtre de Lacoste, Monsieur Cardin a demandé à Cyrielle Clair et Gérard Chambre de travailler sur un projet à propos de cette inoubliable étoile. C'est ainsi qu'est né
 

« Marlene comme une caresse - Dietrich comme un coup de cravache »

texte de la charmante et ravissante actrice française, auteur et metteur en scène Cyrielle Clair et de l'acteur, chanteur, compositeur et metteur en scène Gérard Chambre.

Pour en savoir plus sur le programme, merci de consulter la page Marlene et l'article de Presse.
 



Centre culture à Bonnieux, dans le Luberon,  le 23 avril
de gauche à droite :
Patrick Canac, Gérard Chambre,
Ève Ruggieri,
Pierre Cardin, Cyrielle Clair, Attilio Maggiuli


Château de Lacoste le 22 avril 2015

 Pierre Cardin propriétaire du château et
Gérard Chambre
DR © Cyrielle Clair


Monsieur Pierre Cardin 
et la très belle actrice Cyrielle Clair et
Gérard Chambre
DR © Cyrielle Clair

 



Le 16 mai 2014

I
nauguration du cinéma de Monsieur Pierre Cardin
à la gare de Bonnieux


 



 

Le grand créateur de mode Pierre Cardin nous accueille dans son nouvel espace dédié à l’art, en gare de Bonnieux, pour nous présenter le programme du Festival de Lacoste de cette année, qu’il organise pour la quatorzième fois consécutive. 

texte et vidéo ©Provence Plus TV le 7 juillet 2014

 

 

texte Linda, webmaster
Monsieur Pierre Cardin, le couturier de renom, a invité Gérard Chambre et sa compagnie Opéra, ma non troppo à l'inauguration de son cinéma à Bonnieux. Les illustres invités ont été divertis avec leur spectacle musical Le Cabaret Charles Trenet qui rencontre un énorme succès depuis plus d'un an Chez Maxim's à Paris.

« Un mini Hollywood dans le Luberon »
extrait d'un article dans Vauclusematin.com
Publié le 20 avril 2014

A 92 ans, le célèbre couturier français, Pierre Cardin, vient d'inaugurer son Centre culturel à Bonnieux... pour lire l'article  cliquez ici...



Monsieur Pierre Cardin pendant la presse conférence
( avec
Ève Ruggiéri et Gérard Chambre)



 

   

Gérard Chambre et sa troupe : Opéra ma non troppo
Gérard Chambre avec Monsieur Pierre Cardin

photos©Lucien RICAUD




Magnifique article dans
« France Dimanche 2006 »

A 84 ans, plus fringant que jamais le couturier français, célèbre dans le monde entier nous fait une étonnante révélation.

Pierre CARDIN « J'ai raté ma vocation ! »



Monsieur Cardin et Gérard Chambre

« C'est pour ça que je veux faire de Gérard Chambre une star » Pierre Cardin

Il a tenu des rôles importants dans de nombreuses séries télévisées, comme Le Vérificateur ou Hôtel Baltimore. On l'a également vu dans des films parmi lesquels On aura tout vu, La Baule-les-Pins, ou encore dans Ah ! si jétais riche, au côté de Richard Berry.

Mais le nouveau rôle de Gérard Chambre est aussi le plus beau. C'est celui d'un chanteur parti à la conquête de la Chine, représentant la musique française au travers des chansons de Jacques Brel, mais aussi des siennes. Un vrai conte de fées ! D'autant que, cette fois, il ne s'agit pas d'un rôle de composition ! Son rêve s'est réalisé le 7 mai à Pékin, puis le 12 à Shanghai. De là, après des concerts à Moscou et New York, il regagnera la France. Il y clôturera en juillet le sixième festival d'art lyrique et de théâtre de Lacoste, dans le Lubéron.

Une extraordiniare ascension que Gérard doit bien sûr à son talent mais aussi à son mécène, né en 1922 à Venise, habitant aujourd'hui le plus beau palais de ce joyau lacustre, celui de Casanova. Pierre Cardin, bien sûr. Mais pourquoi le grand couturier, dont le formidable empire, employant plus de 200'000 personnes, s'étend au mobilier, à l'art, à l'environnement, qui possède plusieurs théâtres, et exerce les fonctions d'ambassadeur de la paix après de l'Unesco et d'élu à l'Institut de France, a-t-il voulu, en plus, se faire impresario ?

Eh bien, derrière cette décision se cache un bouleversant secret qu'il a bien voulu nous confier en exlusivité : « Si je veux tant aider ce talent à être reconnu à travers le monde et notamment en Chine où la maison Cardin est très présente depuis trente ans, c'est sans doute parce que je suis un artiste raté ! J'ai ai raté ma vocation ! Et aujourd'hui, maintenant que le nom de Cardin ouvre bien des portes dans le monde, je m'en voudrais de ne pas aider un tel talent à percer. C'est un peu une revanche sur le passé... Il est temps que j'aide les jeunes ! »

De fait, propriétaire du palais Bulles de Port-la-Galère sur la Côte d'Azur, du château du marquis de Sade, près d'Avignon, cadre d'un festival lyrique, Pierre Cardin est toujours restée très proche de ses premières amours :
« En fait, ma carrière de comédien a commencé alors que j'avais 9 ans. C'était à Saint-Étienne. J'étais l'enfant acteur à tout faire d'une troupe. Tous les samedis, nous donnions une représentation. C'est ainsi que ma vocation est née et je suis monté à Paris pour y suivre des cours. Je voulais être acteur. J'ai donc appris les grands textes, comme
Andromaque.»

« Je rêvais aussi d'être danseur. Bref, je voulais être sur scène. J'ai d'ailleurs joué dans plusieurs films dont Joanna Francesa aux côtés de Jeanne Moreau. En fait, j'ai travaillé dans la mode pare que je n'étais pas fait pour le métier que j'avais choisi. Attendre pour décrocher un rôle, ce n'était pas dans ma nature. »

Raison supplémentaire pour laquelle il se reconnaît en Gérard Chambre qui, tout en cumulant la programmation et l'organisation de plusieurs festivals et en s'occupant activement de la partie artistique d'un grand groupe de loisirs, trouve encore le temps d'être à la fois acteur, chanteur et d'écrire ses spectacles.
 

Gérard Chambre à l'Espace Pierre Cardin 2006

« Bien qu'il sache tout faire ce qui me séduit le plus c'est son talent d'homme de scène, qui lui a déjà valu un triomphe sur la scène de l'Espace Cardin, dans sa dernière création Gouttes de chant. Il était donc temps que je prenne sa carrière en main pour qu'ill représente la chanson française sur les plus grandes scènes de Chine !... »
texte de Gérard Gilbert - photos ©J .Mars, V. Boyer




 

J'aimerais exprimer les sincères remerciements à Gérard Chambre pour m'avoir fourni de rares photos venant de sa collection personnelle.

La très belle bannière de cette page est un cadeau au site web de ma chère amie Frédérique,  linda, webmaster

 © 2010 - 2017 gerardchambre-tribute.ch